National park Wrangell

6 juillet 2017

Avant que les Russes ou Américains ne nomment les lieux explorés en Alaska, les natives les avaient déjà nommés dans leur propre langage depuis des siècles. Récemment, apparait une tendance à revenir au nom d’origine, comme le Denali qui a repris son nom d’origine remplaçant le McKinley; le mont Wrangell lui s’appelait: “K’elt’aeni”, qui signifie: “celui qui controle le temps”

Dans le parc Wrangell, les Ahtnas, présents sur ces lieux depuis plus de 8000 ans, nommaient les lieux par leur description. (comme toutes les nations indiennes)

Le soleil prend le dessus, la température monte à 28 degrés celcius, on met les shorts, les sandales et la pause s’accompagne d’une glace! pourvu que celà dure.

Pour accéder à la photo 360 de ce fabuleux parc, cliquez sur ce lien

Avec ce soleil et ce panorama, je ne peux résister à la tentation d’envoyer le drone à 100 mètres au dessus de nos têtes!

Destruction bay

7 juillet 2017

Nous passons la frontière Alaska – Yukon, seule route possible pour rejoindre Haines en Alaska.

Sur tous les plans d’eau se trouvent des gilets de sauvetage à disposition pour les enfants.
Une cache pour nourriture, à l’abri des ours et autres animaux.

Nous retrouvons nos amis Australiens sur la route de Whitehorse. Nous leur offrons une glace, un café et des gateaux. Nous les avions rencontrés il y a 15 jours au lac long. Ils pédalent vers le Mexique et peut être plus, à raison de 65 km par jour…

Une famille d’Alaska, (Mary Helen et Peter) nos voisins d’un soir, nous ont emmené voir une empreinte d’ours, au bord du lac. Ils nous ont aussi invité à partager un baba au rhum, merci!

Haines

8 juillet 2017

Après une petite incursion dans le Yukon, nous repassons la frontière pour retourner en Alaska, notre visa est prolongé de 3 mois. Nous prenons la Haines highway, une route de montagne qui nous offre une belle vue sur des glaciers, des sommets enneigés et des lacs. Nous arrivons à Haines, petite ville batie sur une presqu’ile au sud est de l’Alaska, à l’écart des foules du fait de sa position. Les indiens Tlingit furent les premiers habitants de l’endroit, la nourriture y était abondante, le village à l’abri des tempêtes car situé au fond d’un fjord.

La saison de pêche n’a pas encore commencé, les saumons rouges (Sockeye) devraient arriver en masse d’ici à 15 jours avec les ours pour les attraper dans la rivière.

Pour accéder à la photo 360 du parc Kluane, cliquez sur ce lien

En zoomant sur les montagnes, vous verrez des glaciers

La rivière Chilkoot
Notre camping d’un soir, au bord du lac Chilkoot, à 2 km de la mer

Haines suite

Le 9 juillet 2017

On trouve beaucoup de totems dans le sud-est de l’Alaska chez les Tlingit et plus au sud chez les Haida, ils étaient sculptés dans du cèdre rouge et mémorisaient divers évènements de l’histoire d’une personne. La réalisation de ces totems cessa au 19 siècle sous l’influence des missionnaires qui y voyaient des divinités à idolâtrer. Plusieurs ont alors été détruits ou abandonnés. En 1930, le Civilian Conservation Corps sollicita les Tlingit et Haida pour rénover certains des plus vieux totems. En 1970, fut érigé le plus haut totem à Kake symbolisant la résurgence de l’intérêt de cet art traditionnel.

Deer rock : une “place de paix”

Pour accéder à une photo 360, cliquez sur ce lien

Ville de Haines dans “glacier bay national park

National park Wrangell

6 juillet 2017

Avant que les Russes ou Américains ne nomment les lieux explorés en Alaska, les natives les avaient déjà nommés dans leur propre langage depuis des siècles. Récemment, apparait une tendance à revenir au nom d’origine, comme le Denali qui a repris son nom d’origine remplaçant le McKinley; le mont Wrangell lui s'appelait: "K'elt'aeni", qui signifie: "celui qui controle le temps"

Dans le parc Wrangell, les Ahtnas, présents sur ces lieux depuis plus de 8000 ans, nommaient les lieux par leur description. (comme toutes les nations indiennes)

Le soleil prend le dessus, la température monte à 28 degrés celcius, on met les shorts, les sandales et la pause s'accompagne d'une glace! pourvu que celà dure.

Pour accéder à la photo 360 de ce fabuleux parc, cliquez sur ce lien

Avec ce soleil et ce panorama, je ne peux résister à la tentation d'envoyer le drone à 100 mètres au dessus de nos têtes!

Destruction bay

7 juillet 2017

Nous passons la frontière Alaska - Yukon, seule route possible pour rejoindre Haines en Alaska.

Sur tous les plans d'eau se trouvent des gilets de sauvetage à disposition pour les enfants.
Une cache pour nourriture, à l'abri des ours et autres animaux.

Nous retrouvons nos amis Australiens sur la route de Whitehorse. Nous leur offrons une glace, un café et des gateaux. Nous les avions rencontrés il y a 15 jours au lac long. Ils pédalent vers le Mexique et peut être plus, à raison de 65 km par jour...

Une famille d'Alaska, (Mary Helen et Peter) nos voisins d'un soir, nous ont emmené voir une empreinte d'ours, au bord du lac. Ils nous ont aussi invité à partager un baba au rhum, merci!

Haines

8 juillet 2017

Après une petite incursion dans le Yukon, nous repassons la frontière pour retourner en Alaska, notre visa est prolongé de 3 mois. Nous prenons la Haines highway, une route de montagne qui nous offre une belle vue sur des glaciers, des sommets enneigés et des lacs. Nous arrivons à Haines, petite ville batie sur une presqu'ile au sud est de l'Alaska, à l'écart des foules du fait de sa position. Les indiens Tlingit furent les premiers habitants de l'endroit, la nourriture y était abondante, le village à l'abri des tempêtes car situé au fond d'un fjord.

La saison de pêche n'a pas encore commencé, les saumons rouges (Sockeye) devraient arriver en masse d'ici à 15 jours avec les ours pour les attraper dans la rivière.

Pour accéder à la photo 360 du parc Kluane, cliquez sur ce lien

En zoomant sur les montagnes, vous verrez des glaciers

La rivière Chilkoot
Notre camping d'un soir, au bord du lac Chilkoot, à 2 km de la mer

Haines suite

Le 9 juillet 2017

On trouve beaucoup de totems dans le sud-est de l’Alaska chez les Tlingit et plus au sud chez les Haida, ils étaient sculptés dans du cèdre rouge et mémorisaient divers évènements de l’histoire d’une personne. La réalisation de ces totems cessa au 19 siècle sous l’influence des missionnaires qui y voyaient des divinités à idolâtrer. Plusieurs ont alors été détruits ou abandonnés. En 1930, le Civilian Conservation Corps sollicita les Tlingit et Haida pour rénover certains des plus vieux totems. En 1970, fut érigé le plus haut totem à Kake symbolisant la résurgence de l’intérêt de cet art traditionnel.

Deer rock : une "place de paix"

Pour accéder à une photo 360, cliquez sur ce lien

Ville de Haines dans "glacier bay national park

Alaska 4

Colombie Britannique 2