Tula

23 sept 2017

Nous prenons la route pour rejoindre Teotihuacan, c’est l’axe principal qui mène à la ville de Mexico; nous passerons par Tula pour visiter le site archéologique.

Petite anecdote de ce que l’on peut trouver d’insolite sur l’autoroute au Mexique:

  • Tracteur, vélo, triporteur et camions double remorque qui roulent àplus de 105 km/h
  • Des vaches, moutons et le berger qui les surveille; des cavaliers et même un jogger
  • Des marchands ambulants le long des bas cotés
  • Des trous de 1 m de long et 15 cm de profondeur qu’il faut éviter ou casser la direction
  • Un tope en bas d’une cote (nom du dos d’âne)
  • 3 camions qui se doublent, de front, sur une 3 voies

La conduite est sportive et demande une forte et permanente attention.

«Les ruines de la cité de Tula se situent à 80 km au nord de Mexico. Aux alentours de l’an 1000, Tula était la capitale mythique des Toltèques, un peuple de guerriers venus du nord et dont nous ne connaissons guère les origines, pour conquérir de nouvelles terres et qui fonda là sa capitale, sous le règne de leur chef dénommé Mixcoátl. Ces envahisseurs dont l’origine est certainement Chichimèque (terme qui désigne un ensemble assez large de groupes nomades qu’une tribu ou une ethnie précise). Ce sont donc les descendants de ces barbares qui accoucheront pourtant d’une culture à la vie et aux mœurs raffinées d’après les légendes et vestiges qu’ils nous ont laissés comme à Tula.»

Dolores Hidalgo, berceau de l’indépendance du Mexique face à l’Espagne (16 sept 1810)

Père Miguel Hidalgo, considéré comme le père de la patrie mexicaine. Flor de Jamaica: infusion de fleurs séchées d’hibiscus

Teotihuacan

24 sept 2017

L’ancienne cité de Teotihuacán était la ville la plus grande de l’Amérique préhispanique, qui couvrait une surface d’environ 150 km2. Le centre cérémoniel que l’on visite aujourd’hui occupe un peu plus de 4 km2. Le mot Teotihuacán veut dire “l’endroit où les Dieux furent créés”, ou plus simplement “la cité des Dieux”. Les Aztèques, impressionnés par la taille de ses monuments, pensaient que seuls les dieux avaient pu construire une ville de cette dimension. Mais avant tout cela, la gent guerrière aura massacré et sacrifié en masse. Le temple du “serpent à plumes” (Quetzalcóatl) nous révèle que cet empire organisé en classes distinctes reposait sur l’armée, l’offrande de prisonniers et le sacrifice de victimes, avec des pratiques aussi cruelles que l’arrachage de leur coeur. Les dieux mexicains avaient soif de sang, conçu comme une espèce d’engrais qui fécondait leur terre.
A Teotihuacán, les sculptures représentent prioritairement des animaux. Le jaguar, animal belliqueux, est le symbole du pouvoir politique et de la fertilité. Mais le plus fameux d’entre eux dans la culture mexicaine est le serpent à plumes, à la fois incarnation de la terre et du ciel.

La pyramide de la Lune est le second plus grand édifice du site archéologique de Teotihuacan, après la pyramide du Soleil.

360 depuis la pyramide de la lune

La pyramide du Soleil (Pirámide del Sol) est l’édifice le plus grand de Teotihuacan et un des plus grands de Mésoamérique.

Elle est située sur la chaussée des morts, entre la pyramide de la Lune et la Ciudadela, à côté de la grande montagne du Cerro Gordo.

360 vue entre les pyramides du soleil et de la lune

Après midi d’échange avec Laetitia, Romain et leur famille, nous nous étions déjà rencontrés à La Paz

Tule

26 sept 2017

Nous passons très prês du Popocatépelt, mais les nuages l’ont recouvert et nous sommes un peu déçus de ne pas le voir.

Nous arrivons dans la région de Oaxaca, après 200 km de route au travers d’une belle région; berceau de la civilisation pré Hispanique Zapotèque; on y répertorie près de 200 sites archéologiques. Nous passons la nuit dans un camp tenu par des Canadiens qui ne supportaient plus la neige, ici plus de neige ni de température négative, nous sommes à Tule ou se trouve un arbre exceptionnel mesurant 58 m de circonférence, 42 m de hauteur et qui aurait plus de 2000 ans.

La bergère garde ses chèvres et tresse en même temps un chapeau.

L’arbre national du Mexique, ce Ahuehuete est considéré comme l’arbre le plus gros du monde, 58 m de circonférence, 42 m de hauteur et qui aurait plus de 2000 ans.

Le petit fillot qui n’a que 1000 ans

Mitla

27 sept 2017

Nous visitons Mitla, qui fut une cité Mixtèque du 12ième au 13ième. Les Espagnols au 17ième siècle, ont érigé une église au cœur même de la ville antique pour montrer leur suprématie en arasant les symboles anciens.

La visite se poursuit par la visite du village de Teotitlan Del Valle, spécialisé dans le tissage de la laine ou chaque maison abrite un métier traditionnel. Sous l’empire Aztèque, Teotitlan était déjà réputé pour son savoir-faire: les tisserands utilisaient des pigments naturels: cochenille rouge; indigo bleu; roches pulvérisées pour le brun et l’ocre; mousses et plantes pour le vert.

Beaucoup de tuk tuk dans les petits villages, très utilisés par les locaux

Eglise fondée en 1558 par les Dominicains, toute l’ornementation intérieure a été réalisée par des indiens Zapoteques, Le plafond ne représente que des fleurs, aucun symbole religieux

Hierve del agua

28 sept 2017

Il pleut depuis 2 jours, nous avons prévu d’aller sur le site de Hierve Del Agua, par une route très sinueuse dans la montagne, dans le brouillard, les 7 derniers km se font sur une piste boueuse, nous sommes rassurés par la tenue qu’apportent les 4 roues motrices.

Le site consiste en deux grands bassins et des cascades pétrifiées composées de carbonate de calcium. Des petites sources d’eau carbonée alimentent les piscines naturelles ou l’on peut se baigner…. Mais pas aujourd’hui.

Nous retournons dormir à Tule, nous avons pour voisins un couple de Suisses en moto qui va à Ushuaia et un couple d’Allemands, Norbert et Bétina à bord d’un gros camion Mercedes.

Oaxaca

30 sept 2017

Sur les recommandations de Calvin, un super Canadien qui tient un camping à Tule, nous allons dans le centre de Oaxaca, voir un spécialiste dans les suspensions. La discussion s’est engagée en Espagnol avec Hélène qui traduit et se poursuit avec beaucoup de gestes, un traducteur Android et des dessins entre nous et une équipe de 7 mécanos tous intéressés par notre sujet. Nous décidons de supprimer les cales qui glissent sur les lames et de rajouter une lame de suspension. Après 3 heures d’un travail intense, la caisse est remontée de 6 cm, la seconde lame se trouve en position 3 et une lame spéciale Mercedes Sprinter est montée entre la lame principale et la seconde. Nous sommes contents du travail pour une facture qui se monte à 180 euros. Pour rappel, la remise en place des coussins nous avait couté 300 euros à Mercedes Las Vegas, et tenus en place seulement 10000 km. Merci à Calvin et toute l’équipe du garage «Renovallantas y Muelles de Oaxaca». Pendant ce temps, nous allons au marché ou nous achetons du chocolat et des sauterelles grillées pour l’apéro (Chapulines). J’ai pris la première sauterelle avec une dose de Téquila, (Hélène n’a pas voulu y gouter). Le goût ressemble à des crevettes grillées, j’ai presque fini tout le paquet en me régalant.

Eau de cacao, servi frais, il y avait une longue queue pour en prendre
Avez vous remarqué les éponges?

Chicharron, couenne de porc grillée, excellent dans la soupe Aztèque Chapulines, il faut essayer, c’est excellent, c’est comme des crevettes grillées/p>

Fèves de cacao

Route de Oaxaca vers Puetro Escondido, 7 heures pour faire 240 km, plusieurs cols à 2200m, des centaines de virages, des milliers de trous sur la route, des centaines de topes (ralentiseurs); les autres routes pour rejoindre la côte pacifique risquent d’être bloquées par temps de pluie, avec un col à plus de 3000m et bien plus de virages.

Les trous sont parfois énormes, une voiture en panne venait de rouler dans un trou, sa roue pendait sur le côté, mais nous arriverons sans encombre sur la côte avec une températue de 30 degrés et une forte humidité. La conduite se fait avec une attention permanente pour éviter les trous et ralentir avant les topes qui sont mal signalés.

Zipolite

30 sept 2017

Nous sommes de retour sur la côte Pacifique, ou la température et l’humidité sont toujours très fortes. Dans lecamping de Zipolite, nous retrouvons la famille Dumas et faisons connaissance d’une famille Bretonne, Christophe, Aline et leurs enfants, ils sont partis du Québec en même temps que nous avec un parcours très similaire. Les plages sont magnifiques, nous pourrions y voir des tortues qui viennent y pondre, la pleine lune dans quelques jour devrait y être favorable; c’est aussi le paradis des surfeurs et des nudistes!

Plage et port de San Agostinillo
Ce crabe a développé l’art du camouflage

Ces pécheurs se préparent à la pêche aux requins, ils passeront 24 heures au large, avec une palangrotte de presque 3 km et une centaine d’hameçons.

Zipolite

2 oct 2017

La fin de journée sera marquée par une pluie tropicale qui va durer un long moment, le niveau de l’eau va progressivement monter et nous obliger à déplacer les camping-cars afin de prendre un peu de marge avec le niveau de l’eau. Pour déplacer le CC de Romain, tout le monde va participer, pousser et tirer pour finalement le remonter d’un emplacement.

Playa Azul

3 oct 2017

kapokier, qui s’y frotte s’y pique

Noni ou nona, le jus est bon pour la santé mais il faut oublier l’odeur nauséabonde de ce fruit

La pluie commence en fin d’après midi et va tout inonder

“azul – Photo 5”

Le camping à notre réveil, l’eau a du mal à s’évacuer. Plantation de papayes vertes

Puerto Arista

5 oct 2017

Journée vacances, on reste à Puerto Arista pour profiter du camping dans l’herbe et sous les cocotiers et à la plage

J’utilise le drone pour envoyer le plomb après les rouleaux, mais le temps de le ramener, le plomb a dérivé sur le bord, tant le courant est fort!

Palenque

6 oct 2017

Jouxtant le Guatemala, le Chiapas est une région montagneuse à la végétation luxuriante, peuplée de communautés indigènes disséminées dans la forêt tropicale, ils sont pour la plus part les descendants des Mayas, chacun parle sa propre langue et beaucoup ne parlent pas l’Espagnol.

Depuis la conquête Espagnole, l’histoire des populations indigènes rime avec extermination, exploitation et humiliation. La constitution de Mexique, ne reconnait toujours pas l’existence des indiens alors qu’ils représentent 10% de la population soit 10000000 de personnes. Ils revendiquent le droit à la terre, au logement, à la santé, à l’éducation, au travail et à la justice mais aussi la reconnaissance de leur identité et de leur culture. Le Chiapas est l’état le plus pauvre du Mexique, plus de 80% des communautés indigènes n’ont ni eau potable ni électricité ni hôpitaux, 1/3 des enfants ne sont pas scolarisés alors que cette région est l’une des plus grandes sources de richesse du Mexique. C’est le premier producteur de café, le troisième de maïs et la seconde place pour l’élevage; la région possède les plus importants gisements de pétrole et de gaz, mais les gouverneurs ont toujours soutenus les grands propriétaires au détriment des communautés indigènes.

Les femmes de ces villages portent souvent l’habit traditionnel, certaines brodent et vendent leur travail; des enfants tendent des cordes en travers de la route pour quelques pésos ou vendent des bananes et du maïs, d’autres nous arrêtent en demandant des droits de passage obligatoire de 100 pesos (5 euros). La présence militaire est importante dans la région.

Le séisme du mois de septembre, situé au large du Pacifique a touché surtout les villes côtières, notamment les constructions les plus fragiles. Après une longue route parsemée de topés (un tous les 200 m dans les villages), très sinueuse, nous arrivons après la nuit dans un super camping à côté du site archéologique de Palenque, nous y resterons 2 jours, avec Romain et sa famille; le camping est situé dans un complexe hôtelier, avec restaurant, piscine et un grand jardin.

Le tombeau du roi Pacal, se trouvait cachée sous le niveau du sol dans cette pyramide.

Palenque

suite

Palenque signifie «entouré d’arbre», C’est l’une des plus grandes cités Maya du Mexique et l’une des mieux conservée. La ville a été créée 200 ans avant JC et a connu son apogée entre 600 et 700 après JC sous le règne du roi Pacal puis celui de son fils. La civilisation s’est éteinte au dixième siècle pour des raisons encore inconnues. La zone découverte jusqu’en 2005 représente 2,5 km2 mais on estime avoir exploré moins de 10 % de la superficie totale de la cité. Il reste encore plus de mille structures couvertes par la forêt. En 1981, le site de Palenque fut désigné parc national. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987.

L’abondance des inscriptions trouvées dans la tombe et les autres monuments de Palenque a permis de traduire certains glyphes et d’interpréter certains textes à contenu historique, en particulier les noms des rois qui ont gouverné cette ville. Dans la tombe du roi Pakal ont été retrouvés les portraits et les noms de ses ancêtres, ainsi que les dates de leurs règnes.
Pakal, le roi au pied-bot si souvent représenté dans les sculptures, fut le grand constructeur de la ville. Il régna de 615 à 683, et son fils Kan Balam lui succéda. Celui-ci avait six doigts aux mains et aux pieds. (Conséquence des mariages consanguins)

Palenque se distingue par des murs entièrement recouverts de stuc d’une épaisseur de plusieurs centimètres qui étaient ensuite peints. La fabrication de stuc qui nécessite 10Kg de bois par kg de stuc, aurait participé à la déforestation des lieux et au déclin de la ville.

Balade dans la jungle, autour du site, en présence de notre guide.
Cacao

Jeux de pelote, pratiqué avec la hanche, le coude et les genoux, pour faire passer une balle au travers d’un anneau, l’équipe perdante était sacrifiée…

Copie du masque de jade découvert dans le tombeau du roi, l’original se trouve dans un musé à Mexico
Copie du sarcophage qui pesait 13 tonnes.
Filet qui facilite le passage des singes

Calakmul

9 oct 2017

Cette puissante cité maya fut habitée pendant plus d’un millénaire, avant d’être engloutie par la jungle après son abandon. À son apogée, Calakmul administrait un vaste domaine marqué par l’inscription largement répandue de son glyphe-emblème, qui est caractérisé par le signe de la tête de serpent et qui se lisait Kaan. Calakmul était le siège de ce que l’on a appelé le Royaume du Serpent. Ce Royaume du Serpent a régné, comme Tikal, au cours de la plus grande partie de la période classique. On estime que Calakmul elle-même avait une population de 50000 personnes et contrôlait des localités situés à une distance allant jusqu’à 150 km2. Il existe 6750 structures anciennes identifiées à Calakmul, dont la plus importante est la grande pyramide du site. La Structure 2 a plus de 45 m de haut, ce qui en fait une des plus hautes pyramides de la civilisation maya. Quatre tombes ont été localisées dans la pyramide.

La route qui mène au site de Calakmul, serpente sur 60 km au milieu de la jungle, les voitures passent bien, mais pas les véhicules hauts, nous laisserons notre roulotte au départ et prenons un taxi local pour 800 pesos. Le départ se fait vers 8H00 ce matin, et après une heure 30, alors qu’il nous restait 2 km, la route est barrée par des arbres qui sont tombés! Nous continuons à pieds, Hélène et moi, les autres en voiture attendent… 20 mn après nous arrivons au site et commençons la visite, nous aurons le privilège d’être seuls pendant plus d’une heure…

C’est un site qui nous a beaucoup plu, son éloignement fait qu’il n’y a pas de vendeur de souvenirs, pas de commerce, les sentiers sont à l’ombre dans une forêt épaisse, il n’y avait que nous, des oiseaux et des singes.

Photo prise avec le drone

Mexique 1

Mexique 3