Le Belize

Le Belize, en anglais Belize, en espagnol Belice, a pour capitale Belmopan. Sa devise est « Sub umbra floreo » (« Je fleuris à l’ombre ») et son drapeau est constitué de trois bandes horizontales respectivement rouge, bleue et rouge, avec au centre les armoiries du Belize. Son hymne est Land of the Free (Pays des hommes libres) et sa monnaie est le dollar bélizien. Le Belize est généralement considéré comme étant un paradis fiscal.

Le Belize se nommait autrefois le Honduras britannique. La dénomination actuelle provient du nom de l’ancienne capitale et du fleuve du même nom. Le Belize est une démocratie parlementaire et membre du Commonwealth. Le chef d’État est actuellement la reine Élisabeth II, représentée dans le pays par un gouverneur général, qui doit avoir la nationalité du pays.

Le Belize est le seul pays anglophone d’Amérique centrale et le seul de cette partie du continent américain à ne posséder une façade maritime que sur l’Atlantique (à l’exception, naturellement, des îles des Caraïbes). L’anglais est la langue officielle, mais l’espagnol demeure la langue la plus utilisée au Belize.

Peuplé de 353 858 habitants au 1er juillet 2016, le Belize connaît une croissance économique positive et comporte un indice de développement humain élevé.

Economie Bélizienne

Bien que l’agriculture n’utilise qu’une faible partie de la terre arable, elle est la principale activité économique du pays. Le Belize exporte du sucre, des agrumes et des bananes. La culture de riz, de fèves et de maïs est pratiquée à des fins de subsistance.

En 2005, des gisements de pétrole ont été découverts près de la commune de Lookout et l’exploitation a commencé en 2006 avec une production de 3 000 barrils par jour. Le Bélize est une des destinations préférées de ceux qui apprécient la plongée sous-marine et les belles plages de sable blanc bordées de cocotiers, il dispose de la seconde plus grande barrière de corail au monde.

Comme les pays voisins du Honduras, du Guatemala et du Mexique conserve des vestiges de la splendeur de la civilisation Maya comme à Altun Ha.

Lamanai

La première impression en entrant au Belize est une impression de calme et de propreté .Il y a même des maisons avec des pelouses ! On est samedi tout le monde tond son jardin et on entend parler anglais. Encore une fois, en changeant de pays nous sommes surpris par tant de contrastes.

29 oct 2017

Camping à Orange Walk
(Crocodile immergée en langue Maya)

Nous avons pris un bateau depuis le camping qui suit la rivière sur près de 40 km pour rejoindre le site archeologique de Lamanai

Cormoran
Chauve souris
Singe hurleur
360 La pyramide Le temple: “El Castillo”
Temple du Jaguar
“lamanai – Photo 23

Caye Caulker

30 oct 2017

Après avoir laissé le camping-car au camping de Orange Walk, ce lundi matin à 8H30, nous prenons le premier avion pour San Pedro, puis un bateau pour Caye Caulker, une ile plus tranquille en bordure de la barrière de corail, elle mesure un km de large et 8 km de long pour 1300 habitants. C’est une ambiance de vacances sur les iles, avec un mot d’ordre «go slow» ambiance rasta et musique reggae. Ici pas de voiture, que des vélos et des petites voitures de golf, quelques touristes mais la foule est prévue pour décembre, c’est actuellement encore la saison creuse qui correspond à la saison des pluies. C’est une ile authentique sans béton, on espère qu’elle restera préservée le plus longtemps possible.

Nous avons une petite maison au bord de mer avec son ponton privé, jusqu’à mercredi, comme beaucoup de maisons au Bélize, elle est en bois et montée sur pilotis pour s’affranchir des inondations.

On trouve au Belize une grande mixité culturelle qui donne une richesse au pays, il est courant d’entendre parler anglais puis espagnol, il est facile d’engager la discussion avec les locaux.

Champs de cannes à sucre
Vue depuis notre terrasse
Bière et poisson du Belize

Caye Caulker suite

31 oct 2017

Caye Caulker suite

Caye Caulker suite

Mexique 3

Guatemala