Le Brésil

Le Brésil est le plus grand État d’Amérique latine, le cinquième plus grand pays de la planète, derrière la Russie, le Canada, les États-Unis et la Chine. Avec une superficie de 8 514 876 km2, (16 fois la France) le pays couvre près de la moitié du territoire de l’Amérique du Sud (47,3 %), partageant des frontières avec l’Uruguay, l’Argentine, le Paraguay, la Bolivie, le Pérou, la Colombie, le Venezuela, la Guyane, le Surinam et la France (par la Guyane), soit tous les pays du continent sauf le Chili et l’Équateur. Le pays compte une population de 209 millions d’habitants. Ancienne colonie portugaise, le Brésil a pour langue officielle le portugais alors que la plupart des pays d’Amérique latine ont pour langue officielle l’espagnol.

Avec 2 054 milliards de dollars américains, le Brésil est la huitième puissance économique mondiale. Considéré comme une grande puissance émergente, le pays est notamment membre de l’Organisation des Nations unies, du Mercosul, du G20 et des BRICS. Sur le plan militaire, l’armée brésilienne est classée parmi les vingt premières puissances militaires et demeure la plus importante du continent américain, derrière celle des États-Unis. En dépit de la taille de son économie, le Brésil reste l’un des pays où les inégalités sociales et économiques sont parmi les plus élevées du monde.

Riche en ressources naturelles, le Brésil a été identifié comme étant une nouvelle puissance pétrolière. D’immenses gisements pétroliers pré-salifères ont été découverts, les réserves récupérables n’ont cessé d’être ré estimées à la hausse : en 2013, elles sont évaluées à 106 milliards de barils, « soit plus de réserves découvertes au Brésil que dans n’importe quel autre pays ».

Le réal brésilien est la monnaie du Brésil depuis 1994; à ce jour 1 euro = 4,41 R$ (réal)

   

Bonito,

Rio Sucuri

Le 30 Avril 2019

Nous sommes entrés au Brésil sans nous en apercevoir de suite, on a dû revenir en arrière pour faire les formalités de sortie du Paraguay! Nous étions dans une ville moitié paraguayenne, moitié brésilienne. Il n’y avait pas de poste de douane classique avec barrières et police, du coup c’était à nous de ne rien rater. En plus, de chaque côté on a dû faire 2 bureaux différents aux quatre coins de la ville dont celui de l’immigration brésilienne à l’aéroport: on a passé un bon moment mais les douaniers brésiliens étaient tout sourire et très contents de nous avoir rencontrés. Nous balbutions nos premiers mots de portugais très basiques mais c’est le début: bom dia, obrigado (a),avec un petit mélange d’espagnol on arrive à communiquer. Les magasins regorgent de fruits, c’est un plaisir d’acheter ananas, mangues, petites bananes, fruits de la passion. Nous prenons la direction du Pantanal après avoir traversé des champs de cannes à sucre et de maïs à perte de vue. Le Pantanal est sans doute la plus belle réserve d’animaux du Brésil dans une flore exubérante. A la saison des pluies il y a 3 mètres d’eau au-dessus du niveau du sol, à la saison sèche quand l’eau se retire, seuls quelques points d’eau subsistent, et la concentration d’oiseaux, poissons,reptiles, mammifères est alors très élevée. La première étape est Bonito dans le Pantanal Sud petite ville très touristique qui offre dans un rayon de 10 à 30 km autour de la ville de superbes paysages aquatiques composés de cascades et rios aux eaux transparentes, ceci est dû à la grande teneur en calcaire qui fait fonction de filtre naturel et fixe les impuretés au sol. Nous nous posons dans un beau camping et ce matin nous partons pour un tour organisé. Il faut faire sonchoix, il y a pas mal de sites mais impossible à y aller sans guide car ils se trouvent sur des propriétés privées et c’est pas mal cher. Ce sera donc le rio Sucuri: le site est sur une grande exploitation: soja, cannes et aussi… minerais et tourisme. Nous y passerons la journée avec repas sur place.

 

Pantanal

le 3 Mai 2019

La Transpantaneira ou MT-060, route de 145 km et 122 ponts en bois qui aboutit au petit port de Porto Joffre. L’état de la route et les rivières à passer à gué nous incitent à ne faire que 85 km sur les 145km. On s’arrête à l’hotel pantanal Grosso construit au bord d’une grande rivière où nagent de nombreux caïmans. Nous profitons du restau et faisons la connaissance d’une famille Française venue de Guadeloupe, Manu et Didier qui eux aussi profitent des services de l’hôtel. En fin d’après-midi, nous partons tous en virée nocturne avec un guide pour observer les animaux et essayer de voir un jaguar, mais nous ne trouverons que la pluie qui nous trempe jusqu’aux os.

Un des 122 ponts, celui ci est encore en bois

Couple de aras

Pantanal suite

Cherchez bien une peruche se cache

Le tapir

Famille de Capybaras

Le tuyuyu ou le Tuiuiu

Petit caïman qui fait la sieste au soleil

“bresil-1-3 – Photo 15”

Parc National de Guimaraes

Dans le village de Chapada Dos Guimaraes, dans une ambiance musicale d’un samedi soir, sur une jolie place, des petits marchands ambulants confectionnent des crêpes sur une plaque chaude avec de la fécule de tapioca qui s’agglomère pour former une galette. On la garnit avec du fromage ou de la viande ou de la noix de coco pour faire un dessert.

La tapioca désigne à la fois la fécule de manioc et cette petite crêpe confectionnée à partir de cette fécule.

Avant la messe, le padre nous voyant devant l’église est venu nous dire quelques mots en Français et nous souhaiter la bienvenue

Champs de soja sur des centaines de km, cette culture a entrainé une catrastophique déforestation.

En route pour la cote nord est du Brésil

vers San Luis

Le 10 Mai 2019

La route est longue du Pantanal à la côte nord-est, 2500 km de routes nationales, avec d’innombrables camions et leur double remorque (30 m de long) il faut savoir qu’ici, 60 % du trafic des marchandises se fait par la route; des tronçons de route sont pleins de trous dont certains pourraient contenir une grosse cuvette et pour certains une baignoire! Sur ce long trajet, nous apprécions la pause repas dans les churrascarias, qui sont des restaurants incontournables au Brésil. Ils proposent une variété de viandes rôties à la broche que l’on appelle «churrasco», les grillades sont accompagnées d’un buffet de légumes, salades, riz, haricots rouges, la viande est enfilée sur des broches puis cuite sur la braise, les serveurs avec une broche dans une main et un couteau dans l’autre vous coupent la partie la plus cuite de la viande avant de la reposer sur la braise. Le prix est fixe ou au poids selon les lieux. Ce soir, nous sommes dans un camping au bord d’un lac, c’est le premier en 6 jours, nous avons dormi dans les stations-services super aménagées pour les camioneurs, avec restaurants, douches, lavanderia, pharmacie, wifi et même barbier, ce sont des zones immenses qui accueillent des centaines de camions mais très calmes la nuit après 23H00. Demain, c’est la dernière étape avant de voir l’océan atlantique où l’on va se poser un bon moment.

3 ananas , 1kg d’orange pour 3,5 euros

Serveur avec une broche dans une main, le couteau et la fourchette pour vous servir

Viande qui sèche, la température est de 34 degrés

 

Notre camping au bord d’un lac, nous branchons le CC pour mettre la clim en route, ce n’est pas un luxe, la température est de 30 °C à la tombée de la nuit.

Sur la route de San Luis

Le 11 Mai 2019

Ce matin, la route est toujours aussi défoncée, le danger est présent à cause des camions et voitures qui pour éviter les trous zigzaguent de tous les côtés, sans compter les motos, chevaux et divers animaux qui traversent.

Les petits villages se succèdent où règne beaucoup d’animation, chacun vend quelques fruits, poissons ou babioles, encore une fois, nous faisons le plein de fruits sur la route, ce qui est plus économique et très sympathique.

Nous finissons par arriver sur Sao Luis, nous posons le camping-car pour 2 jours sur le parking d’un hôtel et partons nous balader sur une immense plage où des centaines de jeunes jouent au foot.

Vendeurs de poissons avec leur glacière

Four pour faire cuire le mais

Sao Luis

Le 12 Mai 2019

Sao Luis, capitale du Maranhao, est la seule ville du Brésil à ne pas avoir été fondée par les Portugais mais par des Français. En 1612, 3 caravelles venant de Cancale avec pour chef d’expédition Daniel de la Touche ont accosté ici, c’est lui qui fondera la ville et lui donnera son nom en l’honneur de Louis XIII. Les Français seront chassés 3 ans plus tard. C’est une cité classée au patrimoine de l’Unesco mais peut être plus pour longtemps car celle-ci pourrait lui retirer son labelà cause d’un manque certain d’entretien; en effet à part 2 ou 3 bâtiments, beaucoup de maisons du centre historique sont délabrées, certaines rues sont à l’abandon, plus personne n’y vit. S’il n’y avait pas eu une fête sympa cela aurait été une déception. Mais on a découvert une ambiance chaleureuse, musicale, culinaire et colorée avec en plus une petite démonstration de la fameuse capoeira mais on a pu filmer que la fin, on espère en voir d’autres! Ce sont les esclaves africains qui ont développé secrètement une forme de lutte déguisée en danse considérée aujourd’hui comme un art martial brésilien. Longtemps réprimée, elle était pratiquée dans la clandestinité. Et pour finir l’après-midi nous avons eu droit comme tous les jours à l’averse tropicale: cela ne dure pas longtemps mais ça démarre d’un coup, c’est très fort et rafraichissant!

Palais du gouvernement du Maranhao

A gauche,arrivée des Français qui vont fonder Soa Luis

A droite, 3 ans après, les Portugais récupèrent la ville

Mairie de Sao Luis

Cathédrale da Sé batie en 1690 Chanteurs et danseurs de Capoeira

Entre Sao Luis et Barreirinhas

Le 13 Mai 2019

Crevettes fraiches? on approche des 35 degrés

Parque Nacional dos Lençóis Maranhenses

Le 14 Mai 2019

Les Lençois: un paysage exceptionnel dans le nord est Brésilien, sur une distance de presque 80 km de littoral et une largeur de 15 km s’étend un panorama d’immenses dunes d’un sable blanc aveuglant qui ondulent à perte de vue comme des draps (Lençois veut dire drap en Portugais). Certaines dunes atteignent 20 à 25m de haut et dans leurs creux se sont formés des centaines de bassins d’eau douce et limpide tantôt bleus et tantôt verts. La rencontre du désert avec l’eau est incroyable de beauté. Il y a peu de vie dans ce désert hormis quelques chèvres, ânes et de minuscules poissons dans les lagunes qui viennent vous mordiller; quelques cabanes de pêcheurs sur le littoral atlantique où l’eau approche les 30 degrés.

Nous laissons le camping-car dans une pousada (hôtel local) à Barreirinhas. Pour rejoindre le village de pêcheurs d’Atins, nous avons le choix entre monter dans un 4×4 ou prendre un bateau.

A l’aller, nous choisissons de faire les 30 km de dunes en 4×4 pour passer des dizaines de gués, le plus profond faisant près d’un mètre et s’assurer 3 heures de montagnes russes. Le guide nous arrête devant plusieurs lagunes où nous prenons le temps de nous baigner; le ciel alterne entre le bleu et le gris sous un orage, les couleurs sont magiques, on ne sait plus où donner de la photo. Les dunes se succèdent jusqu’à arriver à l’océan où la pause repas est la bienvenue à l’auberge d’Antonio, puis sieste dans les hamacs.

360 dunes du Parc National dos Lençóis Maranhenses

 

Parque Nacional dos Lençóis Maranhenses (suite)

Le 15 Mai 2019

Atins vit comme retiré du monde, les pieds dans le sable, en bordure du désert au milieu des cocotiers et des cajous. Ce village de pêcheurs est protégé par un banc de sable entre l’océan et l’embouchure du rio Preguiças qui se vide et se remplit au rythme des marées. L’activité de pêche est encore présente, sur de belles barques à voiles bien que les ressources de poissons s’amenuisent ces dernières années. A partir du mois de juillet jusqu’au mois de décembre, Atins se transforme en spot de kitesurf reconnu dans le monde entier, mais pour l’instant, le village a gardé son authenticité: pas de commerce pour touristes, rues ensablées, quelques pousadas et restaurants qui servent essentiellement les poissons et crevettes locales.

Fleur au milieu du désert

Notre Hotel, le Santa Maria

Tradition et modernisme se cotoient

Soirée pizzas pour une rencontre française

Retour en bateau à Barreirinhas

Le 17 Mai 2019

Le retour se fera en bateau avec Carole et Fred de Nouvelle Calédonie avec qui nous avons partagé de bons moments à l’hôtel et en balade sur les dunes. Sur le trajet de 75 minutes , le bateau longe la mangrove au milieu de paysages semblables à l’Amazonie.

Jericoacoara

Du 21 au 24 Mai 2019

Jericoacoara (Jerico) signifie: le lieu où les crocodiles dorment au soleil!

Nous laissons le camping-car à Jijoca, dans un camping pour rejoindre le village de Jerico. L’accès se fait comme à Atins par une piste sableuse chaotique au milieu des dunes dans un parc national. Ce gros village de pécheurs est devenu une station balnéaire branchée, les pieds dans le sable. Elle n’est reliée par aucune route, les rues ne sont pas goudronnées, pas de banques, mais d’innombrables hôtels, restaurants et magasins de vêtements de plage, on vient ici pour faire la fête et du kite. Malgré tout, quelques pêcheurs résistent et partent tous les matins dans leurs barques rouges et bleues et reviennent si le vent le permet avec une grande voile latine tenue par un simple mat; certains cultivent des huitres qu’ils vendent aux restaurants. Les femmes du village ont créé une association de crocheteuses: elles se rassemblent pour crocheter et vendre le produit de leur travail.

Je profite d’un lagon aux eaux vertes pour me perfectionner avec Giovanni, un prof français de kite, mais le vent ne sera pas trop de la partie.

Il y a une grosse activité dans le village pour la préparation de la saison qui commence au mois de juillet, le vent soufflera alors en permanence jusqu’au mois de décembre ce qui va attirer de nombreux kitesurfs. Les activités sont nombreuses: randonnées autour du village dans les dunes, sur les plages, à pieds, à cheval en buggy. Le soir le village se transforme pour l’activité nocturne musique, shopping, restaurants et baraques à cocktail.

Notre hotel

A la tombée de la nuit, les baraques à cocktail s’installent sur la plage

Lago Paraiso

Le 25 Mai 2019

Pêcheurs au filet

Terres inondées après la saison de pluies

Arbre à cajous

Oeufs d’escargots Plage au bord du lac

Paraguay

Brésil 2