Vous êtes le visiteur:   website counter

Sur la route du Paraguay

Le 18 Avril 2019

Avant de passer la frontière à Posadas, nous profitons du Parc National Ibera qui regroupe une riche faune d'oiseaux, chevaux, carpinchos, ...

Suite Parc National Ibera

Le Paraguay

Le 20 Avril 2019

Aujourd’hui c’est vendredi saint, jour férié en Amérique du sud. C’est notre dernier jour en Argentine, un pont plus loin sur le fleuve Parana et nous sommes au Paraguay. Le passage en douane à Posadas tout comme à Incarnation, se fait en 10 minutes, les rues sont désertes. Les douaniers Paraguayens font un repas en famille dehors sur le parking devant le poste de douane, (soupe de poissons) les enfants font du vélo entre les barrières, c’est vraiment décontracté.

La superficie du pays est de 406 000 km² (2/3 de la France) pour un peu moins de 7 millions d'habitants. La monnaie est le guarani, 7100 guaranis = 1 euro. Le pays a la particularité d'avoir 2 langues officielles, l'espagnol et le guarani, cette dernière étant la première langue amérindienne reconnue langue officielle dans les Amériques. La capitale est Asuncion.

Les principales ressources sont l'énergie hydroélectrique avec le barrage d'Itaipu, le second barrage au monde après celui des 3 gorges, l'agriculture (soja, canne à sucre, sésame, stevia et yerba maté) et la production de viande.

Notre première journée commence par la visite des missions Jésuites de Trinidad del Parana et Jésus de Taravangué inscrites au patrimoine de l’Unesco.

Ce soir, nous dormons à Hohenau, village fondé en 1900 par une poignée d’aventuriers Germaniques, venus du Brésil par le fleuve. Le camping offre de belles prestations, piscines douches chaudes, wifi, BBQ, électricité…

La première impression du premier jour est bonne, les routes sont en bon état et les Paraguayens semblent bien accueillants. Bien que ce soit le début de l’hiver, il fait chaud plus de 30°C et humide.

Thermos d'eau chaude pour préparer le maté, tout le monde se balade avec le sien, moderne et bien décoré

Mission Jésuite de Trinidad

Visite son et lumière

Au 16eme siècle, le roi d’Espagne, demande aux Jésuites de créer des missions pour évangéliser les Guaranis et les soumettre à l’autorité coloniale. En concertation avec les chefs Guaranis, les Jésuites choisissent la proximité d’un cours d’eau et une terre fertile pour construire leur village. L’axe central est une grande place rectangulaireoù sur les côtés sont bâtis l’église, le cloitre, le cimetière et l’orphelinat. Dans une cour sont regroupés les ateliers (moulins, fours, poterie, fonderie)puis une zone dédiée au potager. Sur les autres côtés de la place, on trouve les maisons des indiens. Le travail était collectif, mais chaque famille avait son lopin de terre pour sa propre subsistance. Les enfants filles et garçons apprenaient à lire et écrire. Le temps libre était consacré à l’église et aux arts, notamment à la musique. A l’expulsion des Jésuites en 1767, les missions sont pillées puis abandonnées.

Sur la route d'Asuncion

Le 24 Avril 2019

Un mot qui résume bien le Paraguay: «tranquilo», il n’y a pas de paysages époustouflants mais l’impression d’une vie simple, rurale ou chacun mène tranquillement sa vie. On peut voir encore le travail des champs avec des bœufs, des petits vendeurs sur les bords des routes et des personnes âgées qui ont des petits boulots.

Les villages ont bien souvent une spécialité: fabricants de balais, de planches à découper en bois, de vannerie, de dentelle, de ballons. Après les missions, nous avons passé une nuit chez des Français qui ont posé leur camping-car pour acheter un terrain et ouvrir leur camping. Nous y avons rencontré d’autres familles avec des enfants et passé un bon moment. Le lendemain, nous étions dans un camping Suisse entouré de camions Suisse et Allemand ici aussi dans une très bonne ambiance, nous apprécions de temps en temps, le confort de ces campings à «l’Européenne» (machine à laver, électricité, wifi, douche et propreté).

C’est en partant de chez eux qu’un bruit bizarre de clic clac sur la roue avant droite nous a rappelé la rupture de cardan il y a un an… 45 km plus tard, nous arrivons chez Mercedes à Asuncion, c’est un soufflet de cardan à remplacer et non le cardan, nous sommes rassurés. Nous en profitons pour prendre 2 jours de vacances dans un petit hôtel tenu par un Français qui cherche à rentrer en France dans la région d’Orthez.

Nous avons gouté la Chipa, qui sont des pains au fromage et aux graines d’anis qui sont souvent vendus dans des paniers sur les bords de route. Ces petits pains sont vendus par sacs entiers pour moins d’un dollar par les vendeurs de rue appelés chiperas. Les chiperas ont largement contribué à faire de la chipa un symbole de la street food paraguayenne. Ici les températures clémentes toute l'année favorisent l'abondance des fruits : petites bananes, mangues, papayes, ananas, ...

Chipa

Camping Français

Restau Français ou l'on a mangé du confit de canard Il est tenu par une dame agée qui s'occupe de la cuisine

Camping Suisse

Sortie des écoles

 

Vendeur de téréré avec un assortiment de plantes séchées et un pilon

Asuncion Le Panthéon

Le tereré, la boisson nationale du Paraguay, c'est une infusion de maté préparée avec de l'eau froide et de la glace, Il peut se boire nature ou agrémenté d’agrumes et d’herbes, ici c'est une vraie institution, tout le monde travaille ou se promène avec son thermos et son verre, même la police.

Palais présidentiel Asado

Le 25 avril 2019

Après 2 jours de mécanique, notre véhicule est prêt à repartir, le cardan n’est pas touché mais c’est le soufflet qui a dû être déplacé lors d’un lavage sous pression à Uyuni. On en a profité pour changer les barres de direction et refaire le parallélisme. Ce soir, nous dormons sur le parking gardé de Mercedes, qui nous évite de partir chercher un camp de nuit, ici il fait nuit à 17H30.

La piscine de notre hotel

Restaurant dans une ancienne maison en brique ayant appartenue à l'ancien président du Paraguay.

Sur la route de Conception

Le 26 Avril 2019

Depuis plusieurs jours, pluies et orages sont au rendez-vous mais cela n’enlève rien à l’humidité et la chaleur! Les routes principales sont goudronnées mais les latérales en terre où on évite de s’aventurer par mauvais temps, dégoulinent de rouge ce qui avec le vert intense de l’herbe offre de beaux paysages. Cependant, 90% de la forêt a disparu depuis les années 1960 dû à l’industrie forestière et surtout aux plantations de soja; 95 % du soja est d’origine transgénique, il est destiné à nourrir le bétail Européen et à produire des agro-carburants. La tendance commence à s’améliorer grâce à la loi «déforestation 0» une campagne citoyenne pour reboiser le pays.

On retrouve l’ambiance des zones tropicales avec les marchands de fruits le long des routes, les comédors (restaurants familiaux avec un plat du jour) et pleins de petits métiers.

On remarque aussi beaucoup d’écoles, dans chacun des petits hameaux, même dans des zones isolées avec peu d’habitants. L’école est gratuite et obligatoire de 6 ans à 14 ans, elle a lieu le matin de 7H00 à 11H00 ou l’après-midi de 13H00 à 17H00, au choix des familles, on s’y rend habillé d’un uniforme.

Nous avons traversé un village «roi de la banane et de l’ananas »C’est là au bord de la route que nous avons croisé un couple de Grenoble.

 

Il pleut plusieurs heures par jour ce qui provoque de fortes inondations

La terre est rouge dans tout le pays

1,2 euro les 3 ananas

Belén

Le 27 Avril 2019

Belén est traversé par le tropique du capricorne qui en même temps coupe le Paraguay en 2 Tropicale et subtropicale au sud. Les saisons sont inversées par rapport à l’hémisphère nord, l’été va de octobre à avril; l’hiver commence en juin et dure jusqu’à fin aout début septembre avec des températures comprises entre 15 et 20°C.

Nous dormons ce soir dans une ferme tenue par un Allemand, qui nous dit constater un changement climatique depuis 3 ans avec beaucoup plus de pluie, en effet depuis 8 jours, la pluie continue et les routes de terre qui mènent à ce camping sont très glissantes.

Après Encarnacion et Asuncion, La visite de Conception ce matin autre grande ville du pays, n’a pas fait de miracle… Quelques édifices coloniaux subsistent mais l’ensemble ne nous a pas emballé.

Bolivie 2

Brésil